140. Petite pluie abat grand vent

Ce proverbe est né au 15e siècle sous les paroles de Jean de la Vipérine, prieur de Clairvaux. La pluie symbolise la douceur alors que le vent image la colère. Les antonymes “petit” et “grand” accentuent l’opposition. En météorologie, souvent une petite pluie calme survient après un épisode venteux agité. Ce proverbe explique de façon Lire plus …

139. Prendre le large

Cette expression née au 15e siècle est bien entendu dérivée du vocabulaire maritime. Aller vers le large, c’est aller en pleine mer, s’éloigner des côtes, partir à l’aventure sur un bateau ! Cette métaphore illustre le départ, l’éloignement, la fuite. Ainsi prendre le large, c’est partir, s’en aller, s’enfuir, s’éloigner.

138. Pauvre comme Job

Quand une personne est vraiment sans le sou, on dit qu’elle est pauvre comme Job. Cette expression apparaît à la fin du 15e siècle. Dans l’Ancien Testament, Job est un homme honnête et très riche mais Yahvé le fait assaillir et détruire par Satan pour s’assurer de sa foi. Job ne succombera pas aux sévices Lire plus …

137. À cor et à cri

Cette expression signifie “appeler à grand bruit et avec beaucoup d’insistance“. Le “cor” de cette expression qui date du 15e siècle, n’a rien à voir avec le “corps”. Dans le langage de la chasse, on disait “à cry et à cor”, le cor étant un instrument de musique de la famille des cuivres aujourd’hui parfois Lire plus …

136. Pousser des cris de Mélusine

C’est hurler, pousser des cris stridents et perçants. Mais qui est cette Mélusine ? Mélusine est un personnage légendaire notamment présente dans le Poitou. Cette fée, populaire dès le 12e siècle, aurait rencontré Raymondin de Lusignan à la fontaine de Soif où le jeune homme était venu se réfugier pour réfléchir à l’homicide involontaire qu’il Lire plus …

135. Pendre au nez

Au 13e siècle, existe l’expression ” autretant lui en pend sor le nez” qui signifiait “il risque de lui arriver la même chose“. L’expression existe aussi dès le 12e et 13e siècles sous la forme “pendre devant le nez”; pendre c’est-à-dire “fixer en haut”. Ainsi, celui qui ne regarde pas devant lui est susceptible de Lire plus …

134. Prendre la porte

Cette expression signifie que l’on doit s’en aller, contraint et forcé. Elle apparaît au 18e siècle mais fait peut-être référence au siège d’une ville fortifiée qui n’aurait eu qu’une seule porte. Pour la protéger, les habitants auraient amassé des blocs de pierre qui lorsque les assaillants essayèrent de forcer la porte leur tombèrent dessus, obligeant Lire plus …

133. Prendre la poudre d’escampette

Au 14e siècle, en argot, l’escampe signifie la fuite. Quant à la poudre, elle fait soit référence à la poudre noire qui fait tout exploser et qui nous fait s’enfuir ou bien à la poussière soulevée par un cheval qui s’enfuit au galop ! Prendre la poudre d’escampette, c’est donc “s’enfuir“.

132. Prendre en grippe

Prendre en grippe quelqu’un, c’est éprouver de l’aversion ou de l’hostilité pour quelqu’un. Au 14e siècle, une grippe est une sorte de crochet ou de harpon qui sert à attraper des objets. Dans le langage courant, la grippe désignera donc une “humeur” plutôt mauvaise et ainsi prendre quelqu’un en grippe, c’est avoir de la haine Lire plus …

131. Prêter main forte

C’est apporter son aide et son soutien. Au 15e siècle, deux expressions coexistaient: prêter main forte qui désignait l’aide apportée par les forces publiques pour maintenir l’ordre. tenir main forte qui voulait dire venir en aide à quelqu’un. Finalement c’est la première expression qui fut conservée dans le langage courant mais avec la signification de Lire plus …